Ces derniers jours, Fréchou était un peu triste : ses parents lui manquaient beaucoup. Alors nous avons décidé de
retourner au petit bois pour qu'il puisse faire un câlin à sa famille.
Nous voilà partis, tous bien en rang, Fréchou en tête, en encadrés par maîtresse, Françoise et la maman de Rayan et d'Elisa (que je remercie).

P1080502P1080504

Nous avons vite reconnu l'arbre de Fréchou, qui était aux anges !

P1080510P1080512

Il a fait un câlin à son papa et à sa maman.

P1080514

Nous avons remarqué que les parents de Fréchou (des frênes) avaient perdus toutes leurs feuilles.
Mais le pin à côté avait gardé ses épines bien vertes.Le chêne liège avait encore des feuilles toutes sèches accrochées aux branches.

P1080515P1080518P1080522

Un laurier tin avait des feuilles toutes vertes aussi et même des petites graines noires. Il ne faut pas les toucher, ça peut être du poison...
Nous avons vu pleins d'autres arbres que nous n'avons pas reconnus parce qu'ils avaient perdu toutes leurs feuilles.
Les branches de la vigne avaient poussé.

P1080531

Le mimosa était presque fleuri. L'olivier avait gardé ses feuilles.

P1080539P1080542

Le bûcheron était venu et avait coupé de grosses branches. On voyait même des ronds là où c'était coupé. La maîtresse a expliqué que les ronds peuvent nous donner l'âge de la branche : chaque rond représente 1 an.

P1080549

P1080550

Ensuite, nous nous sommes assis et nous avons travaillé !
Avec un crayon, nous devions représenter un arbre. C'était difficile parce qu'il fallait dessiner ce qu'on voyait, sans inventer.
Regardez nos beaux arbres :

P1080560P1080555

P1080558P1080559

Et puis nous avons frotté des crayons cire sur une feuille posée sur l'écorce du tronc pour en faire l'empreinte.

P1080556P1080557

Après toutes ces activités, un goûter bien mérité s'imposait.

P1080563

Et puis nous avons dit "au revoir" aux parents de Fréchou et nous sommes revenus à l'école, les mains fraîches mais heureux de cet après-midi.
La maîtresse a promis que nous reviendrons voir les arbres au printemps. Alors, patience Fréchou...